The Tamworth Pig

 

The Tamworth pig is one of the oldest European breeds of pig, possibly descended from wild boars.

“Today’s Tamworth is thought to be the most typical breed descended from the old indigenous species, the Old English Forest pig. It has maintained this status because at the end of the 18th Century, when many native breeds were ‘improved’ by crossing them with Chinese and Neapolitan stock, the Tamworth was not deemed fashionable and hence left alone. It is now therefore the oldest pure English breed…” (www.thepigsite.com)

It is probable that Irish pigs were used to improve the Tamworth in the early 1800’s, but otherwise the Tamworth’s genetic legacy remains intact, making it one of the least interbred domestic pig varieties in existence. The pig takes its name from the village of Tamworth in Staffordshire, England, the region in which the breed was standardized in the mid-nineteenth century. The Tamworth was formally recognized as a breed by the Royal Agricultural Society in England in 1865.

Tamworths arrived in Eastern Canada in 1877.  They quickly spread across the country to become one of the most popular breeds of pig and a fundamental part of our agricultural history.  Tamworths were ideal for the small, mixed farms which characterized agriculture in Canada from the 19th to mid- 20th centuries due to their ability to withstand cold and to thrive outdoors with very little maintenance.

 “Tamworths are ideally suited to outdoor production, grazing compatibly with cattle, being able to retrieve forage that cattle leave behind in the open pasture. In addition, they are very efficient at rooting for food in the forest or pasture, making them ideal for forage-based farming systems. In addition to their tolerance for extreme temperatures, they are also resistant to disease, needing little if any treatment with antibiotics and their ginger colour protects them from sunburn. (slowfood.ca)

 

Le Journal d’agriculture illustré, Advertisement, 1895

 

The Tamworth is a reddish-gold coloured pig with a long, narrow body. The meat from this breed is lean and highly flavourful, and they are reputed to make the best bacon of any breed of pig. They are a low-maintenance breed as they are expert foragers who prefer to be outdoors where they can fend for themselves. Tamworths are intelligent, friendly, and curious animals. The females produce litters of up to ten piglets and have excellent mothering instincts.

 

 

Tamworth Piglets on the farm of Stacey Boychuk and Dwight McIntyre, Herdman, QC.

Tamworths take up to 50 percent longer to mature than modern commercial pigs. Their slow growth combined with their inability to thrive in the intensive, indoor conditions of modern agriculture led to a swift decline in their numbers from the 1950’s onward. Additionally, regulations which prohibit the raising of swine on dairy farms and changes in the way meat is graded also reduced their numbers.

The Tamworth is listed as critically endangered with fewer than 35 new females registered in Canada in 2015 (with a total number of approximately 250), and possibly as few as 4000 worldwide.

 

Additional sources: Rare Breeds Canada (rarebreeds.org), The Livestock Conservancy (livestockconservancy.org) Rare Breeds Survival Trust (rbst.org.uk)

 

 

La vache Lynch Lineback

 

Lynch Lineback Cow

Le bovin Lynch Lineback est une race primitive (landrace) canadienne originaire de l’Est de l’Ontario. Contrairement à une race ou à un cultivar qui sont tous deux sélectionnés pour se conformer à une norme particulière, une race primitive est une espèce d’animal ou de plante domestiquée qui s’est développée localement et a prospéré dans un environnement particulier dans l’isolement d’autres races ou espèces.

On ne connaît pas précisément les origines des bovins Lynch Linebacks, mais on croit qu’ils sont descendus des bovins Gloucester et Glamorgan, deux races anglaises très anciennes venues en Amérique du Nord avec les premiers colons britanniques.

Un ‘Lineback’ se réfère à un animal de couleur unie – généralement sombre – qui a une ligne blanche le long du dos de la base du cou à l’extrémité de la queue, et une autre raie blanche le long du ventre. C’est un modèle observé sur les bovins partout dans le monde et qui est considéré comme l’une des plus vieilles robes bovines remontant à l’Auroch que l’on peut voir dans les peintures rupestres d’il y a vingt-cinq mille ans.

Une belle vache Lynch Lineback – photo reproduit avec l’autorisation de Glenn McCaig

Les Lynch Linebacks sont des animaux multi-usages utilisés pour la production laitière, la viande, et possédant un bon tempérament, comme animal de trait. Ils sont de taille moyenne, noirs, avec une raie blanche dorsale et une autre sur le ventre. Ils ont des sabots exceptionnellement durs bien adaptés aux pâturages rocheux et ont une capacité à prospérer sur le fourrage sauvage. Bien que ces vaches ne produisent pas autant de lait qu’une Holstein, elles mangent moins, maintiennent une lactation optimale  plus longtemps, et sont durables et productives tout au long de leur vie – aussi longtemps que vingt ans.

Les vaches Lynch Lineback dans le pâturage – photo reproduit avec l’autorisation de Rob Torr

Les vaches de type Lineback étaient assez communes dans l’Est de l’Ontario, l’Ouest du Québec, et sur les îles du fleuve Saint-Laurent à la fin du XIXe siècle. Pendant un temps, elles furent aussi courantes dans les petites exploitations que beaucoup d’autres races laitières. Leur popularité a cependant décliné avec l’avènement de l’insémination artificielle, qui a permis aux agriculteurs d’élever des races de vaches laitières plus populaires comme les Holsteins et les Ayrshires. Par la suite, la Lynch Lineback a presque disparu.

Que la race Lynch Lineback existe encore peut être attribué au travail d’un seul homme: l’agriculteur Robert Lynch de Mallorytown, en Ontario.

“Robert Lynch commença sa propre exploitation agricole au début des années 1960. Il se rendit alors compte que les vaches Lineback qu’il trayait à la main pour son père quand il était un garçon disparaissaient … Dans une tentative pour sauver les Linebacks, Robert a gardé tout le bétail qu’il avait et ne l’a jamais croisé avec une autre race. ” Glenn McCaig, Genesis Printemps 2012

 

Video par Nick Vinnicombe utilisée avec permission.

Parce que les Lynch Linebacks sont robustes et nécessitent moins de nourriture que les races laitières de haute production, ce sont des vaches idéales pour les petites exploitations agricoles et les opérations laitières biologiques. Une Association d’éleveurs de Lynch Linebacks a été formée récemment dans l’espoir de stimuler l’intérêt pour cette race.

La race Lynch Lineback est actuellement considérée comme en danger critique d’extinction.

Pour plus d’informations sur la race: Rob Torr: 416-894-1170

(Sources: “History of The Lynch Lineback Cattle Parts I and II”, Spring 2012 and  Spring 2013 in Genesis: The Journal of Rare Breeds Canada)

The Lynch Lineback Cow

 

Lynch Lineback Cow

Lynch Lineback cattle are a Canadian landrace originating in Eastern Ontario.  Unlike a breed or cultivar, both of which are bred selectively to conform to a particular standard, a landrace is a domesticated variety of animal or plant which has developed locally and has adapted to thrive in its particular environment in isolation from other breeds or species. The origins of the Lynch Lineback are not known precisely, but they are thought to have descended from Gloucester and Glamorgan cattle, two very ancient English breeds which came to North America with the first British colonists.

Lynch Lineback Cow (Photo courtesy of Glenn McCaig)

A ‘Lineback’ refers to an animal with a solid coat colour – usually dark – which has a white top line running along the back from the base of the neck to the end of the tail, and a white underline along the belly. It is a pattern seen on cattle all over the world and is thought to be one of the oldest bovine colourings dating back as far as the Auroch seen in cave paintings from twenty-five thousand years ago.

 

Lynch Linebacks are triple purpose animals used for dairy, beef, and possessing a good temperament for use as oxen. They are medium sized cattle, black, with a white top line and underline. They have exceptionally tough feet adapted to rocky pasture and an ability to thrive on wild forage. And while they do not produce as much milk as a Holstein, they eat less, retain their lactation peak longer, and are long-lived and productive throughout their lives – as long as twenty years!

Lynch Linebacks on pasture (Photo courtesy of Rob Torr)

These Lineback-type cows were a fairly common sight in Eastern Ontario and Western Quebec in the late nineteenth century and early twentieth century. Their popularity was halted by the advent of artificial insemination, which made it much easier for farmers to breed their cows to more popular dairy breeds such as Holsteins and Ayrshires. Subsequently, the Lynch Lineback almost disappeared.

That the Lynch Lineback exists at all can be attributed to the work of one man: farmer Robert Lynch of Mallorytown, Ontario.

“Robert [Lynch] …started to farm on his own in the early 1960’s. He realised that the Lineback cattle he used to milk by hand for his father when he was a boy were disappearing….In an attempt to save the Linebacks, Robert kept whatever cattle he had and did not cross them to any other breed of cattle.” Glenn McCaig, Genesis Spring 2012

 

Video courtesy of Nick Vinnicombe

Because Lynch Linebacks are hardy and require less feed than larger high production dairy breeds, they are an ideal family cow for small farms and organic dairy operations.  A  Lynch Lineback Breeders Association has recently been formed with hopes of stimulating interest in this breed.

Lynch Lineback Cattle are currently considered critically endangered.

For more information about the breed: Rob Torr: 416-894-1170

(Sources: “History of The Lynch Lineback Cattle Parts I and II”, Spring 2012 and  Spring 2013 in Genesis: The Journal of Rare Breeds Canada)

Le Mouton Cotswold: Une ancienne race aussi amicale que le chien

Cette race de mouton est originaire des Cotswolds, une région vallonnée du centre-sud de l’Angleterre. Elle est l’une des plus anciennes races anglaises de laine longue et on pense qu’elle est issue des troupeaux gardés par les Romains du temps que l’Angleterre était un territoire romain.

 

Le mouton Cotswold était au cœur du commerce de la laine en Angleterre au Moyen –Age, lorsque la laine était responsable d’environ cinquante pour cent de l’économie du pays. Beaucoup de belles églises médiévales ont été construites avec la richesse générée par ces animaux. La race est restée l’une des plus importantes pour la laine et pour la production de viande jusqu’au  début du XXe siècle.

 

Le Cotswold est un gros mouton avec une personnalité amicale, et ils sont célèbres pour être faciles d’élevage. Ils ont une toison longue, épaisse, blanche et frisée. Le visage et les pattes sont sans laine, et l’animal est généralement blanc. Le Cotswold a un toupet de bouclettes, qui le distingue des autres races de longue laine. Ni les brebis ni les béliers n’ont de cornes.

 

Étant une grande race, le Cotswold a également un bon poids de carcasse pour la production de viande. Bien qu’ils se développent lentement, ils prospèrent sur les pâturages et s’adaptent à des conditions climatiques assez difficiles. Les brebis pèsent environ 85-90kg et les béliers, 130 kg.

 

 

Cotswold Ram

Le Cotswold est arrivé au Canada dans les années 1860, et il s’est rapidement imposé comme une des races préférées des agriculteurs. Considérez ce témoignage paru dans le  Journal d’agriculture du Québec en 1889:

 

« Pour moi, je préfère le cotswold et pourquoi? Parce que sa laine est blanche et je puis faire à la

maison quantité d’ouvrages de prix tels que couvertes, flanelles […] etc., toute chose qu’on ne peut faire avec une laine plus courte et trop grise……Parce que le poids de la laine sèche et nette par chaque cotswold est de 8 à 13 lbs par toison….Parce que la viande est au moins égale sinon supérieure en poids et en qualité à n’importe quelle autre race….Le cotswold s’accommode très bien de  notre climat et de nos pâturages…. » (J.O. Coulombe)

 

A partir des années 1870 au Canada, le bélier Cotswold était le géniteur préféré de la plupart des éleveurs de moutons. Entre 1878 et 1914, près de 75 000 moutons Cotswold ont été enregistrés dans le livre généalogique américain. Après la Première Guerre mondiale, le nombre a diminué abruptement au point que la race a presque disparu. Le mouton Mérino lui a été préféré pour la production de laine, et les agriculteurs ont commencé à choisir le Suffolk et le Dorset- dont les agneaux ont une croissance plus rapide – pour la viande.

«En 1978, cependant, les nombres ont chuté à 78. La situation était devenue dramatique dans les années 1980 quand il y avait une population de brebis Cotswold estimée à seulement 35 au Canada.»  (Ross Farm, NS)

Le nombre des Cotswolds a augmenté un peu depuis les années 1990. Cependant, ils restent sur la liste des espèces menacées.

Sources: Canadian Cooperative Woolgrowers Ltd, Rare Breeds Survival Trust UK, le Musée Ross Farm, Nouvelle-Écosse, Le journal d’agriculture du Québec juillet 1889.

The Cotswold Sheep : An ancient breed as friendly as a dog

This breed of sheep originated in the Cotswolds, a hilly region of south central England. It is one of the oldest English long wool breeds and is thought to have descended from the flocks kept by the Romans during the time that England was a Roman territory.

The Cotswold sheep was at the heart of the English wool trade during the Middle –Ages, and, at that time, wool was responsible for around fifty percent of the country’s economy. Many fine medieval churches were built from the wealth generated by these animals. The breed remained one of the most important breeds for both wool and meat production right up to the early twentieth century.

The Cotswold is a large sheep with a friendly personality, and they are famous for being ‘easy keepers’.  They have a long, thick, curly white fleece. The face and legs are without wool and the animal is usually white. The Cotswold has a forelock of ringlets, which distinguishes it from the other long wool breeds. Neither the ewes nor the rams have horns.

Being a large breed, the Cotswold also has a good carcass weight for meat production. Although they grow slowly, they do well on pasture and are adapted to fairly harsh weather conditions. Ewes weigh around 85-90kg and rams, 130kg.

Cotswold Ram

 

The Cotswold first arrived in Canada in the 1860’s and it was soon established as a favourite breed among farmers.  Consider this testimonial which appeared in Quebec’s Journal d’agriculture in 1889:

For me, I prefer the cotswold and why? Because its wool is white and I can make a quantity of valuable household items such as covers, flannels etc., everything that one cannot do with a shorter, too gray wool. … Because the weight of the dry and clean wool from each cotswold is 8 to 13 lbs per fleece … Because the meat is at least equal if not greater in weight and quality to any other breed … .The cotswold copes well in our climate and our pastures …. (J.O.Coulombe)

By the 1870’s in Canada, the Cotswold ram was the preferred sire for most sheep farmers. Between 1878 and 1914, almost 75 000 Cotswold sheep were registered in the American flock book.  After the First World War, the number of Cotswold sheep declined precipitously to the point of almost vanishing. Merino sheep came to be preferred for wool production, and farmers moved to the Suffolk and Dorset- whose lambs are faster growing – for meat.

By 1978, however, the numbers had dwindled to 78. The situation had become drastic in the 1980s when there were an estimated Cotswold ewe population of just 35 in Canada.”  (Ross Farm Museum, NS)

The number of Cotswolds has rebounded somewhat since the 1990’s. However they remain on the endangered list.

 Sources: Canadian Cooperative Woolgrowers Ltd, Rare Breeds Survival Trust UK, The Ross Farm Museum, Nova Scotia, Le journal d’agriculture du Québec juillet 1889.

The Ridley Bronze Turkey

Ridley Bronze Turkey 24 x30

Ridley Bronze Turkey 24 x30 (Original photo reference supplied by Samara Heritage Farm)

This Canadian breed of turkey was developed in Saltcoats, Saskatchewan during the late 1940’s. Although it bears the name of ‘Ridley’, the man who was the originator of the breed was actually J.H. Richardson.

 

Richardson’s goal was to produce a turkey for meat production which was large, could forage well for food, was calm and friendly, could withstand the harsh Canadian climate and reproduce naturally.

He [Richardson] travelled all over Canada and the US, getting stock upon which he based his breeding program.  He eventually created his ideal, and once that happened, never again added in any new stock.

(Ridley Bronze, Canada’s Heritage Turkey, ridleybronzeturkey.wordpress.com)

 

The Ridley Bronze was the result.

 

An ideal bird for small farms, Ridley Bronze Turkey hens weigh about seven kilograms, male turkeys as much as thirteen kilograms or more.

The Ridley family – from whom the Ridley Bronze Turkey got its name – farmed the birds from the 1950’s to 1980’s. It was George Ridley who provided breeding stock to the University of Saskatchewan for their Ridley Breeding and study programme.

 

The flock was maintained until 2008 when budgetary constraints forced the University of Saskatchewan to disperse it

“…at which point the turkeys were sent to various private flocks located right across Canada. Sadly, this dispersal did not go well, with the majority of birds being lost to a variety of causes (disease, predation, loss of interest) within a few short years. Fortunately in the years preceding their mass flock dispersal, the University had sold birds to other private owners and so by 2009 or so, these small flocks owned by private breeders, were all that remained in Canada.”  (ibid.)

Rare Breeds Canada lists the status of the Ridley Bronze Turkey as critical. Canada’s only variety of domestic turkey is in danger of extinction. According to the most recent survey conducted in 2015, only 250 breeding females remain.

Sources: The Heritage Livestock Club of Eastern Ontario: “Canada’s Own Turkey Breed Still on the Critical List”; Rare Breeds Canada; ridleybronzeturkey.wordpress.com

La Dinde Ridley Bronze

 

Ridley Bronze Turkey 24 x30

La Dinde Ridley Bronze 24 x30

 

Cette race de dinde canadienne a été développée à Saltcoats, Saskatchewan, vers la fin des années 1940. Bien que la race porte le nom de «Ridley», l’homme qui fut l’initiateur de la race était en fait J.H. Richardson.

L’objectif de Richardson était de développer une dinde pour la production de viande, qui était grande, pourrait bien fourrager pour sa nourriture, était calme et sympathique, capable de résister à la rigueur du climat canadien et se reproduire naturellement.

«Il [Richardson] a voyagé partout au Canada et aux États-Unis, pour obtenir des animaux sur lesquels il a fondé son programme d’élevage. Il a finalement créé son idéal, et une fois ceci accompli, n’a jamais ajouté de nouvelles races.

La variété Ridley Bronze en est le résultat.

Une dinde idéale pour les petits élevages, les femelles Ridley Bronze pèsent environ sept kilogrammes,  les mâles treize kilogrammes ou plus.

La famille Ridley – qui a donné son nom à la race – a élevé ces dindes durant les années 1950 à 1980. C’est George Ridley qui a fourni des reproducteurs à l’Université de la Saskatchewan pour leur élevage et leur programme d’études.

Le troupeau a été maintenu jusqu’en 2008 lorsque des contraintes budgétaires ont forcé l’Université de la Saskatchewan à le disperser

“… À ce stade, les dindes ont été envoyées à différents éleveurs privés situés partout au Canada. Malheureusement, cette dispersion s’est mal déroulée, avec la majorité des oiseaux perdue pour différentes raisons (maladies, prédation, perte d’intérêt) en quelques années. Heureusement, dans les années précédant leur dispersion, l’Université avait vendu des oiseaux à d’autres propriétaires privés et, autour des années 2009, ces petits troupeaux appartenant à des éleveurs privés étaient tout ce qui restait au Canada ».

Rare Breeds Canada définit le statut de la dinde Ridley Bronze comme critique. La seule variété de dinde domestique du Canada est en danger d’extinction. Selon le sondage le plus récent mené en 2015, il ne resterait que 250 femelles reproductrices.

Sources: The Heritage Livestock Club of Eastern Ontario: “Canada’s Own Turkey Breed Still on the Critical List”; Rare Breeds Canada; ridleybronzeturkey.wordpress.com

 

L’Oie Embden

 

Embden Goose

L’oie Embden (collage de papier et feuille d’or sur panneau 30 x 24 ©2016 Alyson Champ)

Les origines de cette race ne sont pas connues avec certitude. On croit que les Oies Embden  sont originaires de la région de la mer du Nord en Europe, soit des Pays-Bas ou de l’Allemagne, où les grandes oies blanches sont élevées depuis le 13ème siècle.

L’oie Embden est un oiseau élégant avec les plumes blanches, les pieds et le bec orange, ainsi que les yeux d’un bleu très clair. Elle est également l’une des plus grandes races d’oies domestiques, prisée pour sa capacité à grossir rapidement sur pâturage. Les Embdens furent exportées pour la première fois en Amérique du Nord au début du 19ème siècle.

RossCreekDisplay

Mes oeuvres en exposition, Rare Breeds Rennaissance, Canning, Nova Scotia.

En plus de leur emploi culinaire, les oies Embden ont été utilisées comme «désherbeuses» pour les cultures telles que les pommes de terre et les fraises. Les oies sont herbivores par nature et préfèrent les graminées plutôt que les plantes à larges feuilles. Les oies désherbeuses étaient très populaires aussi récemment que les années 1950 et 1960, mais leur utilité a été rendue obsolète lorsque les herbicides sont devenus plus efficace et leur utilisation s’est répandue.

La Liste de conservation de Rare Breeds Canada désigne le statut de l’oie Embden comme vulnérable au Canada. (Sources: Wikipedia et FAO Animal Production and Health Paper 2002)

Woman with goose

L’artiste avec son oie Flora.

 

The Embden Goose

 

Embden Goose

The Embden Goose (Painted paper and gold leaf on panel 30 x 24 ©2016 Alyson Champ)

The origins of this breed are not known for certain. Embden Geese are thought to have originated in the North Sea region of Europe, in either the Netherlands or Germany, where large white geese have been bred since the 13th century.

The Embden goose is an elegant bird with its pure white feathers, orange feet and beak, and eyes of the clearest blue. It is also one of the largest breeds of domestic geese, prized for its ability to fatten quickly on pasture. The Embden was first exported to North America in the early 19th Century.

RossCreekDisplay

Exhibition of my work at Rare Breeds Canada’s Rare Breeds Renaissance, Canning, Nova Scotia.

In addition to their usefulness as birds for the table, Embden geese have been employed as ‘weeders’ for food crops such as potatoes and strawberries. Geese are herbivores by nature and prefer eating grasses rather than broad-leafed plants. Weeder Geese were very popular as recently as the 1950’s and 1960’s, but their usefulness was rendered obsolete as herbicides became more effective and their use more widespread.

The Rare Breeds Canada Conservation List designates the Embden’s status in Canada as vulnerable. (Sources: Wikipedia and FAO Animal Production and Health Paper 2002)

 

Woman with goose

The artist with her goose, Flora.

Le Cheval Canadien: le petit cheval de fer

 

Canadian Horse

Le cheval canadien – 24 X 30 collage, feuille d’or, sur le panneau de bois renforcé

 

Au cours de l’été 1665, Louis XIV de France commença à envoyer des chevaux à la colonie de la Nouvelle-France, aujourd’hui sur le territoire de la vallée du Saint-Laurent du Québec. Environ quatre-vingt-deux chevaux traversèrent l’Atlantique entre 1665 et 1671. Les races exactes de ces chevaux ne sont pas connues. Nous savons que les expéditions comprenaient un mélange de chevaux de selle et de chevaux de trait, et que certains provenaient de l’écurie royale  en Normandie, le centre de l’élevage de chevaux de cette époque en France. Un homme qui appréciait les beaux chevaux, Louis n’a pas lésiné.

633px-Louis_XIV_of_France

Portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud (Source: Wikimedia Commons)

 

Les premiers chevaux furent loués par la Couronne à des gentilshommes, des officiers militaires et des ordres religieux, et des contrats notariés stipulaient les conditions dans lesquelles les animaux devaient être entretenus et élevés. Une rupture du contrat avait de graves répercussions. Ces chevaux étaient des animaux de grande valeur, pas juste  des canassons pour tirer la charrue.

 

L’objectif était de créer le plus rapidement possible une population de chevaux de race locale afin de répondre aux besoins des colons dans un pays qui, selon les normes européennes, était rude et souvent sans pitié. Avec le programme d’élevage établi par la Couronne, les colons développèrent un petit cheval compact et  bien musclé qui était fort et agile, avec un tempérament stable, et qui pouvait survivre aux hivers froids, même durant une pénurie de fourrage.

 

1011937_10151586679978300_2135967029_n

Evry au trot (H. Vachon, propriétaire)

“Depuis près de cent ans, les chevaux se multiplient dans un environnement fermé sans le bénéfice d’autres lignes de sang. Leur source commune, le manque de croisement, et de leur reproduction rapide ont créé un groupe génétique particulier qui donne lieu à une race unique: « Le cheval canadien » (Société des éleveurs de chevaux canadiens)

Et voilà comment le petit cheval de fer est né.

A partir de 1760, après la conquête anglaise de la Nouvelle-France, beaucoup de ces chevaux Canadien «  tout usage » furent expédiés de la vallée du Saint-Laurent vers les colonies américaines et encore plus loin. Par le croisement avec des chevaux britanniques- et plus tard, américains- la génétique du cheval canadien a contribué au développement d’autres races telles que le Morgan et le Standardbred.

Avec son  tempérament calme et  son endurance physique, le Canadien s’est avéré être un cheval idéal pour le champ de bataille. Trente mille chevaux canadiens ont été exportés pour fournir l’armée de l’Union pendant la guerre de Sécession américaine. Des milliers d’autres sont morts sur les champs de bataille de l’Europe durant la Première Guerre mondiale.

Canadian royal horse

 

La combinaison de l’exportation massive de chevaux canadiens au XIXe siècle, le croisement avec d’autres races, les pertes sur les champs de bataille et la mécanisation de l’agriculture ont poussé la race proche de l’extinction. Le nombre de chevaux canadiens est tombé à aussi peu que quatre cents dans le monde entier aussi récemment que les années 1970.

Alors que le cheval canadien a rebondi quelque peu au cours des dernières années, la plupart des groupes de conservation continuent de considérer la race  «à risque» ou «vulnérable», avec des estimations de cinq mille Canadiens de race pure existant actuellement.

(Sources: http://www.lechevalcanadien.ca/breed.htm, en.wikipedia.org/wiki/Canadian horse, http://www.chevalcanadien.org/cheval-canadien/standard-race/historique.htm, http : //www.rarebreedscanada.com/conservation-list)

 

 

 

Page 4 of 512345