La Dinde Ridley Bronze

 

Ridley Bronze Turkey 24 x30

La Dinde Ridley Bronze 24 x30

 

Cette race de dinde canadienne a été développée à Saltcoats, Saskatchewan, vers la fin des années 1940. Bien que la race porte le nom de «Ridley», l’homme qui fut l’initiateur de la race était en fait J.H. Richardson.

L’objectif de Richardson était de développer une dinde pour la production de viande, qui était grande, pourrait bien fourrager pour sa nourriture, était calme et sympathique, capable de résister à la rigueur du climat canadien et se reproduire naturellement.

«Il [Richardson] a voyagé partout au Canada et aux États-Unis, pour obtenir des animaux sur lesquels il a fondé son programme d’élevage. Il a finalement créé son idéal, et une fois ceci accompli, n’a jamais ajouté de nouvelles races.

La variété Ridley Bronze en est le résultat.

Une dinde idéale pour les petits élevages, les femelles Ridley Bronze pèsent environ sept kilogrammes,  les mâles treize kilogrammes ou plus.

La famille Ridley – qui a donné son nom à la race – a élevé ces dindes durant les années 1950 à 1980. C’est George Ridley qui a fourni des reproducteurs à l’Université de la Saskatchewan pour leur élevage et leur programme d’études.

Le troupeau a été maintenu jusqu’en 2008 lorsque des contraintes budgétaires ont forcé l’Université de la Saskatchewan à le disperser

“… À ce stade, les dindes ont été envoyées à différents éleveurs privés situés partout au Canada. Malheureusement, cette dispersion s’est mal déroulée, avec la majorité des oiseaux perdue pour différentes raisons (maladies, prédation, perte d’intérêt) en quelques années. Heureusement, dans les années précédant leur dispersion, l’Université avait vendu des oiseaux à d’autres propriétaires privés et, autour des années 2009, ces petits troupeaux appartenant à des éleveurs privés étaient tout ce qui restait au Canada ».

Rare Breeds Canada définit le statut de la dinde Ridley Bronze comme critique. La seule variété de dinde domestique du Canada est en danger d’extinction. Selon le sondage le plus récent mené en 2015, il ne resterait que 250 femelles reproductrices.

Sources: The Heritage Livestock Club of Eastern Ontario: “Canada’s Own Turkey Breed Still on the Critical List”; Rare Breeds Canada; ridleybronzeturkey.wordpress.com

 

You may also like

Leave a comment