La vache Lynch Lineback

 

Lynch Lineback Cow

Le bovin Lynch Lineback est une race primitive (landrace) canadienne originaire de l’Est de l’Ontario. Contrairement à une race ou à un cultivar qui sont tous deux sélectionnés pour se conformer à une norme particulière, une race primitive est une espèce d’animal ou de plante domestiquée qui s’est développée localement et a prospéré dans un environnement particulier dans l’isolement d’autres races ou espèces.

On ne connaît pas précisément les origines des bovins Lynch Linebacks, mais on croit qu’ils sont descendus des bovins Gloucester et Glamorgan, deux races anglaises très anciennes venues en Amérique du Nord avec les premiers colons britanniques.

Un ‘Lineback’ se réfère à un animal de couleur unie – généralement sombre – qui a une ligne blanche le long du dos de la base du cou à l’extrémité de la queue, et une autre raie blanche le long du ventre. C’est un modèle observé sur les bovins partout dans le monde et qui est considéré comme l’une des plus vieilles robes bovines remontant à l’Auroch que l’on peut voir dans les peintures rupestres d’il y a vingt-cinq mille ans.

Une belle vache Lynch Lineback – photo reproduit avec l’autorisation de Glenn McCaig

Les Lynch Linebacks sont des animaux multi-usages utilisés pour la production laitière, la viande, et possédant un bon tempérament, comme animal de trait. Ils sont de taille moyenne, noirs, avec une raie blanche dorsale et une autre sur le ventre. Ils ont des sabots exceptionnellement durs bien adaptés aux pâturages rocheux et ont une capacité à prospérer sur le fourrage sauvage. Bien que ces vaches ne produisent pas autant de lait qu’une Holstein, elles mangent moins, maintiennent une lactation optimale  plus longtemps, et sont durables et productives tout au long de leur vie – aussi longtemps que vingt ans.

Les vaches Lynch Lineback dans le pâturage – photo reproduit avec l’autorisation de Rob Torr

Les vaches de type Lineback étaient assez communes dans l’Est de l’Ontario, l’Ouest du Québec, et sur les îles du fleuve Saint-Laurent à la fin du XIXe siècle. Pendant un temps, elles furent aussi courantes dans les petites exploitations que beaucoup d’autres races laitières. Leur popularité a cependant décliné avec l’avènement de l’insémination artificielle, qui a permis aux agriculteurs d’élever des races de vaches laitières plus populaires comme les Holsteins et les Ayrshires. Par la suite, la Lynch Lineback a presque disparu.

Que la race Lynch Lineback existe encore peut être attribué au travail d’un seul homme: l’agriculteur Robert Lynch de Mallorytown, en Ontario.

“Robert Lynch commença sa propre exploitation agricole au début des années 1960. Il se rendit alors compte que les vaches Lineback qu’il trayait à la main pour son père quand il était un garçon disparaissaient … Dans une tentative pour sauver les Linebacks, Robert a gardé tout le bétail qu’il avait et ne l’a jamais croisé avec une autre race. ” Glenn McCaig, Genesis Printemps 2012

 

Video par Nick Vinnicombe utilisée avec permission.

Parce que les Lynch Linebacks sont robustes et nécessitent moins de nourriture que les races laitières de haute production, ce sont des vaches idéales pour les petites exploitations agricoles et les opérations laitières biologiques. Une Association d’éleveurs de Lynch Linebacks a été formée récemment dans l’espoir de stimuler l’intérêt pour cette race.

La race Lynch Lineback est actuellement considérée comme en danger critique d’extinction.

Pour plus d’informations sur la race: Rob Torr: 416-894-1170

(Sources: “History of The Lynch Lineback Cattle Parts I and II”, Spring 2012 and  Spring 2013 in Genesis: The Journal of Rare Breeds Canada)

You may also like

Leave a comment